Films familiaux Partie 2 – Trouver des films et téléchargement illégal

Andrea Tomkins

Le billet d’hier concernait notre résolution visant à regarder plus de films cette année. Le présent billet concerne les sources de ces films et la question des téléchargements illégaux. Pour obtenir du contexte, je recommande de lire le récent billet de Matthew Johnson sur ce que les enfants regardent en ligne et comment ils accèdent à leurs médias.

Dans l’étude auquel il fait référence, Jeunes Canadiens dans un monde branché, phase III, on a découvert que certains participants des groupes de discussion étaient confus quant aux médias provenant de sources légales et n’étaient pas certains de savoir lesquelles étaient légitimes. En tant que créatrice de contenu, je prends la question des téléchargements illégaux très au sérieux et je crois que nous devons donner l’exemple en tant que parents.

Les jeunes ont un fort sentiment d’injustice, et il est donc sage de structurer la question dans des termes qu’ils peuvent comprendre. Si vos enfants vous demandent pourquoi le téléchargement ou le partage d’une copie illégale d’un film est inapproprié, dites-leur que les lois sur le droit d’auteur sont là pour protéger notre communauté créative. Une excellente fiche-conseil a été préparée pour les parents appelée L’accès légal au contenu, laquelle présente cette question de façon claire.

Mais revenons aux sources des films familiaux. Étonnamment, l’un des meilleurs endroits pour trouver de bons films s’est avéré être la bibliothèque publique. Un petit tour sur les étagères révèle souvent une surprise, que ce soit un vieux film oscarisé ou un nouveau film que nous n’avons pas vu au cinéma. J’apprends à connaître le catalogue virtuel de ma bibliothèque également. C’est gratuit et notre bande passante n’en souffre pas!

Nous nous servons également beaucoup de Netflix et d’Apple TV pour nos films familiaux. Pour éviter toute surprise, nous faisons passer chaque film dans l’application Common Sense Media et dans les guides des parents du site imdb.com. Nous le faisons pour les films que nous voyons sans les enfants également. (La mémoire est une drôle de chose). L’application est géniale puisqu’elle décortique chaque titre et accorde une note aux parties potentiellement répréhensibles de chaque film. Par exemple, que le problème soit la langue, la violence ou le sexe, vous y trouverez une note ici.

Et voici quelque chose de nouveau et d’intéressant. Si vous cherchez à comparer différents services canadiens et à voir ce qui s’offre à vous en matière d’émissions télévisées et de films, l’Association cinématographique – Canada a lancé un site bilingue utile appelé Où regarder vos divertissements favoris au Canada. Il offre des liens vers des services payants et gratuits offrant des émissions télévisées et des films afin de les comparer.

Et que faire lorsque les enfants sont seuls lors du visionnement? Nos enfants sont âgés de 13 et de 15 ans et passent la majeure partie de leur temps d’écran à regarder YouTube et Netflix. Netflix est un buffet sans fin de films et d’émissions télévisées que les enfants peuvent regarder seuls. (Mes enfants adoraient Buffy. Qui ne l’aimerait pas?).

Ils suivent tous les deux des « YouTubers », et je peux comprendre pourquoi. Le lien y est plus fort que lorsque je passais mon temps à regarder La petite maison dans la prairie ou le Brady Bunch (cela ne me rajeunit pas!). Pour eux, une partie de l’intérêt réside dans le fait que ces « YouTubers » sont des enfants réels, qui font des choses réelles, les aidant ainsi à mieux s’identifier à eux.

Que ce soit de la musique, une émission télévisée ou un film, au bout du compte, je suis contente que mes enfants comprennent pourquoi il est important d’appuyer les voies médiatiques légales. Passent-ils trop de temps devant leurs écrans en ce moment? Probablement. Hélas, c’est une toute autre question!

Add new comment